L’année 2020 s’annonçait avec perspectives de croissance dégagées par les efforts des entreprises privées françaises. Mais la pandémie de COVID est venue briser cette euphorie, tout en révélant l’incompétence et la mauvaise foi de notre haute administration. Comment a-t-on pu annoncer que le port des masques ne servait à rien pour arrêter la diffusion d’une maladie à transmission principalement respiratoire ?

L’avenant n°8 de la Convention médicale a consacré la télémédecine, juste à temps pour servir durant le premier confinement en mars-avril. Néanmoins, il a fallu un changement de Ministre pour assouplir les règles et faciliter l’application des téléconsultations, même téléphoniques, sur le terrain. Encore avons-nous vu les efforts récents de la DGS pour exclure les spécialistes du dispositif.

Les négociations conventionnelles sur l’avenant n°9 se terminent par un fiasco, à force d’intransigeance de la CNAM. Personne n’y gagne, à commencer par les pédiatres, les gynécologues et les psychiatres auxquels la lettre de cadrage ministérielle avait laissé espérer un rattrapage financier. Pendant ce temps, les négociations conventionnelles de 2021 sont repoussées à 2023…

Durant toute cette année, les médecins spécialistes libéraux n’ont cessé de dépenser leur énergie sans compter pour gérer leurs patients malgré les confinements, participer à la lutte contre le COVID, continuer de soigner les patients non-COVID malgré les contraintes médicales justifiées et les contraintes administratives souvent sans fondements. Beaucoup de travail a été fait sans rémunération, tout en continuant à payer du personnel, parfois mis gratuitement à disposition des établissements…

Les centrales syndicales pluricatégorielles ne se sont préoccupées que de la défense, certes légitime, de la médecine générale. Les quelques protestations vis-à-vis des iniquités faites aux spécialistes n’ont été que de pure forme.

Tout démontre donc que nous avons eu raison de nous affranchir de la tutelle de ces centrales pour créer un vrai syndicat de la médecine spécialisée, AVENIR SPE, renforcé en novembre par notre union avec LE BLOC. La constitution de cette force commune, puissante et indépendante, est le seul moyen d’imposer la revalorisation de la médecine spécialisée à une énarchie prompte à nous diviser et adepte du « pourquoi faire simple quand il existe compliqué ? ».

2020 a été l’année de la résilience et de la construction. 2021 sera celle de l’union pour l’offensive.

Bonnes fêtes à tous.

Dr Patrick GASSER
Président d’AVENIR SPE