Syndicat national des psychiatres

Syndicat national des psychiatres privés

Les psychiatres en France.

Les psychiatres comptent un des plus grands nombres de spécialistes en France, soit 15 000 sur l’ensemble du territoire, à presque parité femme et hommes, 52% pour les premières.  Les chiffres indiquent 59% de salariés, 29% de libéraux et 12% d’exercice mixte. La population de psychiatres est malheureusement vieillissante.

Les praticiens hospitaliers, les plus nombreux, affrontent la pénurie croissante de personnels et de moyens matériels. Ils sont aussi confrontés aux complexités administratives de la judiciarisation des hospitalisations sous contraintes. Les relations avec les familles des patients dans cette situation se complexifient comme en témoignent les débats actuels concernant l’isolement et la contention. Des postes hospitaliers ne sont plus occupés surtout en province, ce qui pose un problème de santé publique.

Cette situation entraine des conséquences pour la pratique libérale, qui doit suppléer aux carences des structures hospitalières ambulatoires ; tout en ayant bien souvent des difficultés à trouver une place d’hospitalisation en cas de décompensation brutale d’un patient. Sans généraliser, ces situations créent ponctuellement des relations critiques entre les psychiatres qui prennent en charge les patients entre la ville et l’hôpital.

La situation s’est aggravée du fait de la pandémie actuelle et peut-être encore plus les « déconfinements » qui ont augmenté le nombre de demandes d’aide psychique, comme en témoigne l’augmentation des prescriptions de psychotropes en ville. Ces traitements, selon les recommandations et surtout la pratique ne se prescrivent que dans le cadre d’une prise en charge globale, incluant une aide psychothérapique effectuée aux moyens de techniques différentes selon le choix de chaque praticien. Ceci explique la durée des traitements mais aussi la difficulté à la prise en charge de nouveaux patients, à un moment où la demande d’accès aux soins se montre plus pressante.

Le manque de pédopsychiatres crée un état alarmant pour cette spécialité et fait craindre pour sa pérennité, que ce soit à l’hôpital et plus encore en ville. La problématique difficile et conflictuelle concernant les enfants autistes complique encore plus une pratique complexe.

La situation des psychiatres du médico-social montre aussi des disparités selon les territoires, mais les mêmes difficultés existent entre une demande importante et un exercice particulier qui nécessite plus de praticiens pour s’y consacrer.

Ce constat peut paraitre négatif, mais il reflète la situation actuelle des psychiatres et montre l’ampleur du travail à effectuer, notamment par l’action syndicale, pour tenter de rétablir une spécialité qui puisse répondre efficacement aux demandes de soins de ceux qui en ont besoin.  

Documents

 

Dr Michel Jurus

Dr Michel JURUS
Président du SNPP

Dr Claude GERNEZ, psychiatre

Dr Claude GERNEZ
Président de la Fédération française de Psychiatrie
Membre du Bureau d’AVENIR SPE

Lettres et communiqués des psychiatres

Psychiatres : augmentation des honoraires dans six mois

Augmentation des honoraires dans SIX MOIS, soit vers le 26 mars 2022 L'avenant n° 9 est paru au JO le samedi 25 septembre Il aura fallu deux mois après sa signature et, donc, patienter six mois pour que ses mesures financières s’appliquent. C’est toujours une méthode pour repousser les augmentations qui se font, au minimum, [...]

Psychiatres : le bien commun

Les psychiatres engagés pour défendre le bien commun médical des Français Depuis des décennies, la société française voit son bien commun s’appauvrir au nom du bien particulier. Des critères économiques, ultra-libéraux, imposés par le monde financier, font que le service public français serait trop onéreux et nécessite une destruction/restructuration. Deux piliers en sont particulièrement touchés : [...]

Rapport ISAAC-SIBILLE : organisation des professions de santé

L'organisation des professions de santé : quelle vision dans dix ans et comment y parvenir ? Analyse et commentaires Rapport présenté à l'Assemblée nationale le 7 juillet 2021 par le député Cyrille ISAAC-SIBILLE Ce rapport s'ajoute à une série de documents officiels, notamment les rapport IGAS sur la pédiatrie et sur l'ophtalmologie. Il s'appuie sur [...]