SEDMENAujourd’hui, la MCE est applicable pour moins de 20 % de nos actes

Il faut augmenter la valeur de la MCE et en élargir l’application

LE TEXTE ACTUEL :

La majoration pour certaines consultations réalisées par un médecin spécialiste en endocrinologie (MCE) ou en médecine interne disposant d’une compétence en diabétologie est applicable pour les consultations suivantes, en coordination avec le médecin traitant.

1) Diabète inaugural ou compliqué insulino-dépendant ou insulino-requérant

Cette consultation concerne les patients :

  • diabétiques de type 1
  • lors de la consultation initiale d’un patient diabétique de type 1 ;
  • lors de la première consultation pour adaptation du protocole d’insulinothérapie dans les suites d’une affection ayant déstabilisé la maladie ;
  • lors de la première consultation après survenue d’une ou plusieurs complications du diabète (complications oculaires, rénales, neurologiques, cardio-vasculaires et lésions du pied);
  • diabétiques de type 2 insulino-requérants ou devenant insulino-requérants
  • lors de la consultation initiale d’un patient diabétique de type 2 insulino-requérant ou devenant insulino-requérant ;
  • lors de la première consultation après survenue d’une ou plusieurs complications du diabète (complications oculaires, rénales, neurologiques, cardio-vasculaires et lésions du pied) ;
  • lors de la première consultation après hospitalisation pour affection intercurrente ayant déstabilisé la maladie ;
  • lors de la ou des consultations pour mise en œuvre de l’insulinothérapie chez un patient non contrôlé par antidiabétiques oraux et mesures hygiénodiététiques.

2) Première consultation pour les endocrinopathies complexes suivantes :

  • thyroïdite, maladie de Basedow,
  • cancer thyroïdien,
  • hyperthyroïdie, nodulaire ou induite par l’iode, avec complications,
  • pathologie hypothalamo – hypophysaire,
  • pathologie du métabolisme hydrique,
  • pathologie des glandes surrénales,
  • pathologie des glandes parathyroïdes,
  • tumeur endocrine de l’ovaire,
  • tumeur endocrine du pancréas,
  • affection pluri-endocrinienne.

Cette majoration s’applique aux consultations réalisées pour des patients de
16 ans et plus, uniquement dans le cadre du parcours de soins coordonnés, hors acte de consultant. Elle n’est donc pas cumulable avec le DA mentionné à l’article 42.2 de la convention nationale organisant les rapports entre les médecins libéraux et l’Assurance Maladie. Elle est en revanche cumulable, le cas échéant, avec la MCS mentionnée à l’article 13.2 de la convention susmentionnée et avec la majoration forfaitaire transitoire MPC (article 2 bis).

Par dérogation, pour les patients de moins de 16 ans, la MCE peut être applicable et cumulée, le cas échéant, avec le montant de la MPC applicable pour ces patients.

La valeur de la MCE est déterminée dans les mêmes conditions que celles des lettres-clés mentionnées à l’article 2.

AUJOURD’HUI, NOUS DEMANDONS :

1. Une revalorisation de la MCE à 30 euros

Et en complément du texte actuel :

2. L’extension de la MCE à toute consultation pour :

  • suivi des DT1 sous multi-injections, cotée 2 fois par an MCE,  aussi bien en présentiel qu’en téléconsultation
  • intensification du traitement pour un DT2 déséquilibré ( > 8 % d’HbA1c) déjà sous bithérapie orale et/ou GLP1
  • suivi de pompe à insuline  ou sous multi injections avec mesure continue du glucose en présentiel comme en téléconsultation
  • première consultation du diabète gestationnel car consultation diététique, mise en route de l’autosurveillance glycémique et définition des objectifs.
  • prise en charge de la femme diabétique enceinte, en remplacement de la MCG cotable 4 fois seulement
  • DT2  et pose de capteur de glucose, pour les insulino-traités
  • DT2 dépose capteur de glucose
  • suivi de patient diabétique en ALD conjointe pour troubles psychiatriques
  • suivi de patient diabétique en ALD pour troubles cognitifs
  • plaie du pied diabétique
  • patient diabétique et obésité sévère
  • première consultation obésité sévère et indication chirurgie bariatrique
  • orbitopathie basedowienne
  • troubles de l’identité sexuelle

3. La possibilité de pouvoir coter en une même séance consultation et échographie thyroïdienne

4. La possibilité  de coter les consultations complexes en Secteur 2 comme en Secteur 1