La démographie pédiatrique libérale a chuté de 12% en 5 ans en raison de la faible attractivité de la profession. Choisie parmi les premières spécialités aux ECN il y a 15 ans, elle arrive aujourd’hui en 17ème position.

Sur les 2 600 pédiatres libéraux 55% ont plus de 55 ans. Les jeunes générations ne s’installent pas. D’ici 10 à 15 ans il ne restera que 1 600 à 1 800 pédiatres alors que les moins de 17 ans représentent 25% de la population.

Si rien n’est fait rapidement la pédiatrie disparaitra du paysage médical français alors que l’on sait l’importance du tissu dédié à l’enfant, de la prise en charge globale permettant d’éviter le morcellement de l’enfant.

Le bénéfice moyen des pédiatres est largement inférieur à celui des autres médecins :

  • De 23% pour la médecine générale
  • De 64% pour la médecine spécialisée

Il est donc vital de revaloriser largement la pédiatrie afin de :

  • La rendre attractive pour les jeunes générations
  • Permettre la modernisation des cabinets pédiatriques existants (locaux, personnel, matériel) afin d’exercer une médecine moderne de qualité
  • Mettre en place une organisation territoriale et populationnelle :
  • Hiérarchisation des actes : qui fait quoi en fonction de la formation de chacun des acteurs médicaux et para médicaux intervenant autour de l’enfant et retour au pédiatre qui doit être le pilote de santé
  • Mise en place de parcours de soins avec sage-femme, médecins généralistes, hôpital et para médicaux par exemple en pneumologie, endocrinologie, sortie de maternité, troubles des apprentissages scolaires …
  • Création de maisons pédiatriques avec les professionnels intervenant autour de l’enfant
  • Généralisation des assistants médicaux ou pédiatriques
  • Création d’Equipes de Soins Spécialisés (ESS) autour d’une pathologie de l’enfant avec d’autres spécialistes ou paramédicaux ou entre pédiatres
  • Si la démographie augmente organisation territoriale pour les soins non programmés, au regard de la responsabilité populationnelle
  • Ouvrir les hôpitaux aux pédiatres libéraux afin de faciliter l’accession à des bilans complets non réalisables en ville et permettant de faciliter la relation ville hôpital

En l’absence de mesures fortes pour attirer les jeunes et accroitre la démographie, la réponse aux besoins de soins non-programmés pédiatriques et la prise en charge et la préservation de la santé de l’enfant ne pourront plus être assumées par des médecins spécialistes de l’enfant.