Les médecins spécialistes libéraux appellent à la mise en place d’une cellule de coordination auprès du Président de la République et du premier ministre

Paris, le 26 mars 2020

Avenir Spé déplore une profonde désorganisation dans la prise en charge par la médecine de ville à côté d’une organisation hospitalière très structurée, engagée quasi exclusivement dans la prise en charge des patients les plus gravement atteints par le Covid-19.  L’engagement de ces équipes publiques et privées est exceptionnel.

La désorganisation – qui peut s’avérer dramatique – concerne notamment :

  • Les circuits d’orientation des patients entre eux et, notamment, ceux qui seraient contaminés par le Cod-19 ;
  • La prise en charge de tous les autres patients non infectés par le Covid-19, en relais des hôpitaux qui ne le font plus, et qui nécessitent toujours un suivi et des actes spécialisés ;
  • La gestion des consommables de protection pour la médecine de ville, indispensable pour dispenser les meilleurs soins possibles.

De tout évidence, il n’y a toujours aucune coordination entre les différents services de l’Etat au niveau national et dans les territoires, avec les collectivités, et en partenariat  réel avec la médecine de ville. Il en résulte un grave manque de visibilité pour les soignants.

Cette désorganisation est dangereuse car elle oblige chaque praticien, à faire « comme il peut », certes avec la meilleure volonté du monde, mais sans concertation coordonnée. Chacun y va de sa solution.

Avenir Spé appelle donc à la création d’une cellule de coordination restreinte et représentative des réalités quotidiennes de la médecine ambulatoire, auprès du Président de la République et du Premier Ministre sous peine de voir les efforts de tous réduits à néant.

Rappelons que ni l’administration, ni l’hôpital ne connaissent mieux les rouages du maillage territorial que les soignants libéraux qui soignent, prennent en charge, quotidiennement, 85 % des maladies chroniques de nos concitoyens.