Appel au Président de la République

Pour améliorer la coordination public-privé

Communiqué AVENIR SPE du 25 mars 2020. Cliquez ici

Avenir spé appelle à la création d’une cellule de coordination restreinte et représentative des réalités quotidiennes de la médecine ambulatoire, auprès du Président de la République et du Premier Ministre sous peine de voir les efforts de tous réduit à néant.

Lettre au Premier Ministre

Lettre du Dr Patric Gasser, le mercredi 25 mars 2020. Cliquez ici. Extrait :

« Les premières remontées de terrain font, d’ores et déjà, état d’une grande hétérogénéité générationnelle, sociale et territoriale quant à la possibilité d’utiliser les plateformes de télémédecine, y compris lors de l’utilisation de visioconférence non sécurisée type Skype ou WhatsApp…. Des variations de plus de 50 % ont été constatées dans les zones les plus isolées, souvent lointaines des métropoles ou dans les populations au-delà de 75 ans. »

C’est pour cette raison qu’il nous parait indispensable que les conditions dérogatoires réglementaires et tarifaires de la téléconsultation soient étendues pour la période de l’épidémie aux contacts téléphoniques quand les autres modalités ne peuvent être réalisées. Ces évolutions temporaires, sont indispensables, notamment pour ces populations les plus isolées et souvent les plus fragiles. Nous pourrions utiliser le modèle installé en Belgique :

https://www.inami.fgov.be/fr/covid19/Pages/default.aspx

Lettre à Gérald Darmanin

Ministre de l’Action et des Comptes publics

Lettre du Dr Patrick Gasser, le 25/03/2020. Extrait :

« Ainsi, pour toutes les autres entreprises, contrairement à ce qu’elles pouvaient penser de prime abord, le recours au « chômage partiel » ne serait pas acquis et ferait l’objet d’un examen très restrictif.

Ces spécialités médicales, directement au combat du coronavirus, sont très impactées par la baisse, logique, d’activité liée au confinement, ne traitant que les patients atteints de pathologies chroniques graves, comme les cancers, ou venant consulter en urgence. Toutes souhaitent rester ouvertes et conserver une activité afin de permettre de répondre aux besoins de cette population de patients fragiles.

Cependant, la plupart du temps, elles ont été obligées de se réorganiser, notamment faute de moyens de protection, en concentrant leur activité sur un seul site. Du fait de toutes ces circonstances, de nombreux personnels doivent donc être mis en chômage partiel.

Il serait donc désastreux pour ces médecins, exerçant pour beaucoup en société, de ne pas pouvoir bénéficier des mesures que vous envisagez.

Monsieur le Ministre, nous espérons que notre requête sera bien prise en compte par vos services afin que « ces héros en blouse blanche » comme les a, fort justement qualifiés le Président de la République, puissent bénéficier de ces mêmes mesures. »

Cliquez ici pour télécharge la lettre en PDF