Endocrinologists are burned out and unhappy…

Eux aussi !

Aux États Unis, les endocrinologues seraient parmi les moins heureux des spécialistes selon une étude réalisée chez plus de 15000 médecins de 29 spécialités différentes dont 1 % d’endocrinologues et publiée dans Medscape diabetes and endocrinology le 14 février dernier par Miriam E. Tucker.

Seulement moins d’un quart semble être très ou extrêmement heureux au travail, à peine plus que les rhumatologues, les internistes et les neurologues.

31 % se déclarent davantage en « burn out » que déprimés (1%) en raison de la lourdeur des tâches administratives, de leur faible rémunération, de l’informatisation omni présente et d’un temps de présence au travail jugé trop important.

Si la rémunération * des endocrinologues américains atteint des sommets (selon nous, car elle est 5 fois supérieure à la nôtre…) elle reste au bas de l’échelle avec celles des pédiatres et des médecins de famille comme chez nous !

* 236 000 $ annuels