Crise du Coronavirus : les cabinets médicaux de spécialité en danger de fermeture définitive

Paris, le 7 avril 2020

Communiqué de Presse

L’épidémie du Coronavirus risque d’entrainer la disparition des cabinets médicaux libéraux et, en tout premier lieu, ceux de la médecine de spécialité.

Deux raisons principales :

  • L’annulation de toute activité médicale « non urgente » dans le cadre du plan blanc déclenché le 6 mars dernier ;
  • Les mesures de confinement rendent désertes les salles d’attente.

Pour autant, les médecins spécialistes, en l’absence de toute concertation, se sont réorganisés pour continuer, partout, à répondre à la population…

A ce jour, la baisse de l’activité est en moyenne de 80%. Celle-ci est variable selon les spécialités et les régions avec : près de 90% pour la chirurgie, 70% pour la pédiatrie et l’endocrinologie ou 85 % pour la radiologie ou les anatomopathologistes.

Des mesures d’accompagnement pour les entreprises, en concertation avec les partenaires sociaux ont été rapidement mises en place. Les établissements de soins sont dès à présent accompagnés au travers de mesures financières effectives. Ils vont recevoir mensuellement 1/12éme de leur chiffre d’affaires annuel.

Concernant les médecins libéraux, le ministre de la Santé a laissé à la CNAM le soin de la concertation avec les syndicats historiques et poly catégoriels, avec leurs quelques centaines d’adhérents restants encore.

Aucun d’entre eux n’a consulté les syndicats de verticalités de spécialistes, pour connaitre et comprendre les besoins spécifiques du terrain.

La CNAM, en tant qu’interlocuteur désigné, s’obstine à ignorer le premier syndicat de spécialistes Avenir Spé, sous le prétexte qu’il ne serait pas « anciennement représentatif » ! Le résultat est tristement éloquent : le seul syndicat, reconnu à l’échelon Européen et fédérant 80% des spécialités, est hors-jeu car non signataire de la convention alors que nous sommes en temps de guerre sanitaire !

Cette situation est incompréhensible, voire méprisante. En effet, la concertation doit être large et consensuelle, coconstruite dans un esprit de responsabilité économique si l’on souhaite que ces mesures soient comprises et accompagnent efficacement les praticiens de terrain dans toutes leurs diversités.

Tous les professionnels doivent être écoutés et accompagnés sans exception, le Covid-19 frappe sans distinction les médecins quelle que soit leur spécialité ou leur mode d’exercice.

 

 

 

Avenir Spé, par sa diversité, est une force de réflexions réelle, et l’a très largement montré pendant cette crise au travers de ses propositions d’organisation émises, qui ont été toutes relayées et suivies par le gouvernement.

 

Avenir Spé entend alerter sur les grandes difficultés de trésorerie des cabinets médicaux de spécialistes libéraux, en clinique comme en ville, qui pourraient fermer, dès à présent, et disparaître à l’issue de la crise.

 

Il y a urgence à agir immédiatement.