La Lettre Avenir Spé

L’horizon se clarifie, tous au travail !

L’enquête de représentativité a été publiée cette semaine : l’Union AVENIR SPE – LE BLOC représente 39,3 % des médecins spécialistes, loin devant les autres centrales syndicales.

Cette victoire très large nous permet de porter nos revendications, notre vision d’une nouvelle structuration de notre système de soins. Ce succès nous oblige à rechercher de nouvelles formes d’organisation pour répondre à l’accessibilité aux soins d’expertise, au côté de nos collègues médecins généralistes. Cette représentativité s’exprimera sur le plan national et régional. Nous aurons besoin de la mobilisation de tous pour ne pas laisser des chaises vides.

 Aujourd’hui, nous occupons des postes clés (présidence, secrétariat…) dans quasiment tous les bureaux des URPS de Métropole. Le travail sur le terrain peut donc se mettre en place, sans ostracisation, en coordination avec tous les acteurs des territoires. Nous devons rendre à la médecine libérale spécialisée la place qui lui revient car elle est au travers de son expertise, le socle de la prise en charge de tous les patients. La médecine libérale doit collectivement trouver les éléments de réponse à la demande de soins de la population. Les URPS doivent en être les promoteurs.

Surtout, ce résultat nous donne une place incontournable dans les négociations nationales. Il doit ainsi permettre à la convention médicale de revivre. Le premier chantier conventionnel est la reprise des négociations autour de l’Avenant n°9. La finalisation doit être rapide, avant fin juillet, pour répondre aux besoins de terrain et à la revalorisation indispensable attendue par tous. Cette négociation se doit aller beaucoup plus loin que la Lettre de cadrage du ministre de la Santé. Le Ségur de la santé nous a clairement et volontairement mis de côté ! L’enveloppe conventionnelle est aujourd’hui très insuffisante et doit être majorée de façon significative, en gardant à l’esprit la notion d’équilibre budgétaire entre la médecine générale et la médecine spécialisée. Nous serons vigilants. Par ailleurs, un accompagnement spécifique doit être mis en place pour des spécialités en grande difficulté de même que celles qui ont été durement touchées par la pandémie.

Beaucoup de travail en perspective. AVENIR SPE adoptera toujours la même méthode : travail préparatoire avec les syndicats de verticalités, recherche de données permettant d’argumenter les dossiers, mise en avant des points communs, ainsi que des spécificités de chacun dans un esprit de solidarité collective. Tant mieux, si d’autres syndicats reprennent nos revendications à leur compte. En ramant tous dans le même sens, nous augmenterons nos chances d’aboutir !

Patrick GASSER
Président d’AVENIR SPE

Logo CNAMReprésentativité syndicale dans les négociations conventionnelles

L’Union AVENIR SPE LE BLOC et MG France sont les seuls syndicats à dépasser la barre des 30% permettant de signer seuls la Convention médicale ou un avenant. Pour s’y opposer, il faut un front réunissant au moins 50% des voix aux élections URPS.

Logo CNAMRapport charges et produits de la Sécurité Sociale

La Presse annonce que la CNAM envisage 1,015 milliards d’euros d’économie en 2022, dans le but de respecter l’ONDAM. Les prescriptions de médicaments, l’encadrement des infirmiers libéraux, les dispositifs d’entente préalable, la lutte contre les fraudes, notamment les détournements de certains centres de santé, sont au programme.

Pour accéder aux rapports charges et produit jusqu’à 2020, en attendant celui de 2021, cliquez ici.

Syndicat national des pédiatres françaisTribune : au nom de nos enfants, sauvons les pédiatres !

L ’été se profile, les enfants vont bientôt quitter l’école. Ils laissent derrière eux une année difficile, en pointillé, très anxiogène avec, pour corollaire, des impacts en termes de santé mentale, d’obésité,de retards d’apprentissage. Nous, pédiatres, alertons sur le fait que cette population aura clairement manqué d’attention et que des effets à long terme de cette crise risquent de survenir dans les années à venir.

Dans ce contexte de crise sanitaire, la permanence des soins pour les enfants a été mise à mal. Les pédiatres ont constaté une baisse flagrante de l’intérêt porté à l’enfant avec des possibles conséquences à long terme si un suivi solide par les experts n’est pas réinstallé comme il se doit.

Lire la tribune

Chirurgiens pédiatres

Rapport IGAS sur la pédiatrie : les chirurgiens pédiatres se fâchent !

Nous avons pris connaissance de la publication le 28 Mai 2021 du Rapport « La pédiatrie et l’organisation des soins de santé de l’enfant en France » dont vous êtes les auteurs.

Le syndicat des Chirurgiens Pédiatres Français a participé au travail de rédaction de la contribution qui vous a été adressée par les Pr Grapin, Sarnacki et Sales de Gauzy : «Etat des lieux de la Chirurgie Pédiatrique en France».

Nous sommes très étonnés de découvrir dans votre rapport des limites d’age très contraignantes pour les centres hors CHU publics ou privés ayant une équipe de chirurgie pédiatrique et d’anesthésie pédiatrique permanente et formée ainsi que des unités de soins intensifs pédiatrique et/ou néonatale qui permettent de prendre en charge des nouveaux nés et nourissons nés prématurés, en dehors bien entendu de pathologies complexes nécessitant une réanimation néonatale ou une équipe multidisciplinaire (neurochirurgie, chirurgie cardiaque notamment).

D’une part, ces limites d’âge ne sont soutenues ni par des études scientifiques ni par l’expérience du réseau Occitanie ou de plusieurs centres importants en France...

Logo MedscapeEnquête MEDSCAPE : 61% des médecins libéraux interrogés déclarent une baisse de leurs revenus en 2020 par rapport à 2021 (contre 18% pour les hospitaliers).

La crise COVID a eu un impact majeur sur les revenus des médecins. Seules les gardes et astreintes ont pu compenser la perte d’activité « normale ». Les seniors de plus de 55 ans ont été les plus affectés. La mise à l’arrêt de certaines spécialités a eu un impact particulièrement sévère.  En moyenne, les libéraux ont vu 10 patients de moins par semaine. Néanmoins, la durée de travail s’est maintenue à 49 heures par semaine pour les libéraux en incluant les tâches administratives et autres.

47% des médecins ont pratiqué la téléconsultation, trois fois plus qu’en 2018. Un tiers des médecins ont utilisé des plateformes de rendez-vous en ligne. Mais celles-ci ne paraissent pas générer de revenus supplémentaires par rapport à un secrétariat classique.

Les médecins sont nombreux à se plaindre du poids des réglementation et de leur dévalorisation sociale, alors même que la relation avec les patients apparaît comme l’élément le plus gratifiant d’un métier à exercer, avant tout, par vocation…

Lire le détail de l’enquête…

Syndicat national des ophtalmologistesLe SNOF dévoile son plan pour éliminer les zones médicalement sous-dotées

Depuis plusieurs années, le SNOF œuvre à réduire les délais de rendezvous dans les cabinets ophtalmologiques libéraux. Alors que les premières mesures, comme le développement du travail aidé et de la délégation des tâches, commencent à porter leurs fruits, comme le montre la chute de 33 jours des délais de rendezvous depuis 2017, le SNOF poursuit son travail pour rendre l’accès aux soins oculaires davantage égalitaire sur l’ensemble des territoires.

C’est dans ce cadre que Thierry Bour, Président du SNOF, dévoile ce matin les résultats d’une étude inédite portant sur les premières installations des ophtalmologistes, leur démographie et leur répartition sur le territoire. C’est l’occasion de présenter également le plan d’action du SNOF pour éliminer les zones médicalement sousdotées à l’horizon de cinq ans, notamment en soutenant le développement des cabinets secondaires

Accéder au document

Ministère de la SantéLa recertification va devenir obligatoire pour toutes les médecins, quelle que soit leur classe d’âge.

Le Quotidien du médecin et Egora ont annoncé que le Gouvernement préparait un projet d’ordonnance instituant une certification obligatoire tous les 6 ans pour les médecins seniors comme pour les médecins récemment diplômés. Il nous appartient donc d’être attentifs à ce que les procédures de recertification soient adaptées aux réalités de l’exercice des spécialistes et ne conduisent pas à consacrer du temps.

Logo UEPSL’UEMS planche sur les standards européens de formation des médecins spécialistes (European Standards in Medical Training)

AVENIR SPE représente les spécialistes français à l’Union Européenne des Médecins Spécialistes (liste officielle). Ses délégués sont Francis Rubel et Georges de Korvin. L’UEMS comporte un Conseil basé à Bruxelles, composé des délégués de 40 pays membres ou associés et de Sections spécialisées dans chaque discipline reconnue au niveau européen. Le Conseil fait la synthèse des travaux des différentes sections auxquelles participent des représentants professionnels et universitaires dans chaque spécialité.

L’action de l’UEMS en matière de formation médicale a été déterminée par le droit à la libre circulation des travailleurs fondé par l’article 45 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne et la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles instituée par la Directive 2005/36/EC

Le 22 juin dernier, s’est tenu un wébinaire sur la formation médicale spécialisée. Cent dix-sept participants ont été décomptés. Trois exposés ont été présentés :

  • Les critères européens de formation des spécialistes (European Training Requirements (ETR) for post-graduate medical specialists – Pr Nada Cikes, Croatie). Ils sont élaborés par les Sections spécialisées et soumis à un Comité de lecture (Review Committee), puis au Bureau de l’UEMS. On trouvera les ETR déjà adoptés dans la bibliothèque de l’UEMS : regardez « Adopted documents ».
  • Une formation ciblée sur l’acquisition de compétences (Competency-based post-graduate education – Pr Rijk O.B. Gans, Pays-Bas). La compétence est fondée sur une série de composantes : connaissance, savoir-faire technique, raisonnement clinique, capacité de communiquer, etc. Elle ne résulte pas automatiquement du temps passé dans une équipe. Le Canada a développé des cadres d’évaluation des compétences dès 1996. Ils ont servi de référence dans d’autres pays.
  • Activités professionnelles réalisables en autonomie  (Entrustable Professional Activities in Competency-based Medical Education – Pr Olle ten Cate, Pays-Bas). Cette approche permet de traduire la compétence par la capacité à réaliser une tâche médicale en pleine autonomie du médecin et en toute sécurité pour le patient.

Guide de formation continue à la radioprotection

Guide pratique professionnel de formation continue à la radioprotection des personnes exposées aux rayonnements ionisants à des fins médicales destiné aux chirurgiens et autres médecins/spécialistes réalisant des pratiques interventionnelles radioguidées

Accéder au document

Ministère de la SantéOrdonnance no 2021-584 du 12 mai 2021 relative aux communautés professionnelles territoriales de santé et aux maisons de santé

Accéder au texte

CETTE LETTRE D’INFORMATION AVENIR SPE EST LA VOTRE !

Faites-nous remonter vos informations, commentaires et témoignages.

Retrouvez tous les articles récents et plus anciens, ainsi que beaucoup d’autres informations sur le site https://www.syndicatavenirspe.fr

MÉDECINS SPÉCIALISTES : REJOIGNEZ-NOUS !

ADHÉREZ A AVENIR SPÉ DIRECTEMENT SUR NOTRE SITE
https://avenirspe.web-applications.fr/

79, rue de Tocqueville – 75017 PARIS -Tél.: 01.44.29.01.30. – Fax 01.40.54.00.66.