Recours à la téléconsultation

Dès le 20 février, Avenir Spé a appelé à déployer d’urgence les téléconsultations !

Les plateformes de téléconsultation

Le coût des plateformes

Nous n’avons pas encore trouvé de comparatif de coût des nombreuses plateformes disponibles. Actuellement, elles proposent des services gratuits, mais il faut anticiper le post-épidémie pour ne pas avoir à changer de plateforme en raison d’un coût trop élevé.

Quelques exemples à titre indicatif :

  • Doctolib : 79 €/mois/praticien en plus de l’abonnement à l’agenda 129 €/mois.
  • Qare : 75 €/mois/praticien. Tarif négocié à 40 €/mois/praticien par certaines spécialité, 35 €/mois/praticien si groupe de plus de 4 praticiens.
  • Consulib : pas d’abonnement, mais 1 €/consultation, prélevé sur le télépaiement du patient. Par exemple, pour une téléconsultation de 30 euros payé par le patient, le praticien reçoit un virement de 29 euros.

Le choix peut donc varier en fonction du nombre de téléconsultations que l’on envisage de faire par mois après l’épidémie, de l’appartenance à une spécialité ou à un groupe en capacité de négocier. Avenir Spé prévoit de s’impliquer dans ce type de négociation après l’épidémie.

Medicompare est un comparateur de plateforme de téléconsultations.

Cliquez ici pour y accéder.

Téléconsultation : mesures exceptionnelles

Comment coder, facturer, se faire payer ? Cliquez ici

En résumé, pendant la période de confinement :

  • Les téléconsultations peuvent se faire sur toutes plateformes, dédiées ou non (Whatsapp, Skipe, Face Time…)
  • Les téléconsultations par téléphone sont admises dans les cas suivants :
    • patients présentant les symptômes de l’infection ou reconnu atteint du COVID-19
    • patients en affection de longue durée (ALD)
    • patients âgés de 70 ans et plus et qui n’ont pas accès à un outil permettant une video et notamment un smartphone
    • patients résidant dans les zones blanches

Ces consultations doivent toutes êtres tracées : observation dans le dossier, lettre au médecin traitant

  • Recours dérogatoire à la téléconsultation pour les consultations complexes et les avis ponctuels de consultant (APC et APY) au même tarif que les consultations présentielles. La liste des actes admis est accessible en cliquant ici.
  • Vous pouvez recourir à la téléconsultation sans connaitre préalablement le patient et en dérogeant aux règles du parcours de soins.

Codage et tarif des téléconsultations

Document du 22 mars 2020, temporairement remplacé par le document ci-dessus

Enfin un document clair de la Caisse : cliquez ici

Attention !

  • Pour pouvoir appliquer MCS+MPC, il faut respecter le tarif opposable de 30 €.
  • Si vous facturez un complément d’honoraires, le remboursement se fera sur 23 € seulement.

La plupart des plateformes n’assurent que la facturation, mais pas la télétransmission.

  • Si vous optez pour le tiers payant, c’est à vous d’indiquer ce qui vous sera payé en direct par la Caisse et le « reste à charge » à régler par le patient : ticket modérateur, complément d’honoraires.
  • Vous devrez ensuite, soit faire une télétransmission en mode dégradé, soit envoyer une feuille de soin papier à la Caisse. Ceci peut être fait ultérieurement, par lots.

Feuille de soins pr ALD non COVID

FDS pr COVID+ ou suspect

Travailler à distance sur l’ordinateur de son cabinet

Vous avez la possibilité de travailler depuis votre domicile sur l’ordinateur de votre cabinet avec un logiciel de contrôle à distance. Beaucoup sont gratuits… mais pour une utilisation personnelle. Il est délicat de tricher car les éditeurs surveillent les flux et bloquent les accès qui leurs paraissent suspects.

Pour lire tout l’article, cliquez ici

La téléconsultation, retour d’expérience

En cette période d’épidémie et de confinement, la téléconsultation offre une solution séduisante pour continuer de rendre service à nos patients.

Les objectifs

  • Répondre à la demande des patients en précisant leur degré d’urgence. Il faut déterminer qui nécessite une prise en charge rapide au cabinet ou dans un service d’urgence et qui pourra attendre. Mais il faut aussi pouvoir, à la fin de l’épidémie, organiser un planning ordonné en fonction des besoins réels des patients.
  • Assurer les prises en charge qui ne nécessitent pas obligatoirement un examen physique complet : les patients que nous connaissons déjà, ceux qui ne présentent pas de critère de gravité et peuvent bénéficier de conseils et de prescriptions à distance.
  • Répondre aux patients qui pensent avoir des signes d’infection COVID.

Pour l’article complet, cliquez ici

Conseil aux endocrinologues

Dr Claude Colas et la FENAREDIAM

Conseils pratiques après avoir pratiqué. Cliquez ici

NB : APC et MCE sont applicables à titre dérogatoire en téléconsultation depuis le 6 avril. Il en est même des autres codes de consultations complexes.

Téléconsultation des cardiologues

Téléconsultation pour les cardiologues libéraux – Syndicat National des Cardiologues 24/03/2020