SNOFDouble enquête en ophtalmologie (cliquez pour télécharger)

La situation dans les cabinets d’ophtalmologie deux semaines après la fin du confinement.

L’activité qui s’était réduite à une portion congrue durant le confinement, repart progressivement, mais finalement assez rapidement.
Les mesures barrières, jugées nécessaires, rassurantes, mais quand même
contraignantes, empêchent de remonter à 100%. Cela s’améliore, plus de 40% des
ophtalmologistes devraient avoir prochainement une activité d’au moins 80% de celle d’avant. Une part importante pense travailler plus.  La plupart des cabinets ont retrouvé l’ensemble de leur personnel et l’emploi dans les cabinets devrait être sauvegardé pour l’essentiel. Et ceci même si la grande majorité anticipe une réduction nette du chiffre d’affaires. Des mécanismes complémentaires de compensa.on financière sont demandés. Les conditions d’exercice s’améliorent avec des masques, des gants et des SHA plus faciles à se procurer, même si tout n’est pas réglé, notamment concernant les masques FFP2. – Il est encore trop tôt pour juger de l’importance réelle des délais de RDV. La situation est assez contrastée suivant les cabinets et les régions. Une part importante constate même une réduction des délais de RDV avec la reprise graduée. Certains patients semblent encore différer leur suivi. L’activité chirurgicale a nettement plus de mal à repartir, vu la persistance du plan blanc. Près d’1/3 des ophtalmologistes chirurgicaux n’avaient toujours pas d’activité 15 jours après le déconfinement. – Au moins 4% et jusqu’à 12% des ophtalmologistes sont susceptibles d’avoir contracté le Covid-19, ce qui confirme qu’il s’agissait d’une spécialité très exposée durant le maximum de l’épidémie.

Des propositions pour demain.

Certains axes sont souhaités à plus de 50% par les répondants, et souvent encore plus par les moins de 50 ans : 1) Former plus d’Ophtalmologistes (81%). 2) Développer les stages d’internes en libéral (73%). 3) Continuer à développer l’équipe de soins orthoptistes – assistants médicaux autour de l’Ophtalmologiste (70%). 4) Développer encore les RDV en ligne (51%). 5) Généraliser l’e-prescription et les échanges sécurisés (50% des exprimés)
Certains chantiers demanderont du temps pour s’affirmer complètement, mais bénéficient d’un socle assez important : 1) Le RNO (35%). 2) Les équipes de soins spécialisés (34%). 3) L’intelligence artificielle (31%)
Des sujets entraînent peu d’adhésions : 1) La téléconsultation (12%), mais elle existera de fait vu l’évolution réglementaire et les pratques durant la pandémie Covid-19. 2) Les CPTS (14%). 3) Le RNM (21%), à redéfinir pour le rendre compatibles avec les protocoles organisationnels ?
Il y a des oppositions nettes dont il faut tenir compte : 1) Les délégations supplémentaires vers les opticiens (83%). 2) Les centres de santé (84%)