La campagne électorale pour les Unions régionales professionnelles est lancée !

Pourquoi voter ?

2 volets :

  • National : le poids des syndicats des médecins spécialistes auprès des caisses, du ministère  dépend de leur résultat aux élections.
    • Un succès électoral permet de mieux négocier la convention et donc les tarifs de demain qui ont bien besoins d’être revaloriser pour permettre investissements et pérennités de nos cabinets.
    • Mais aussi de négocier les conditions sociales de nos exercices pour relancer l’attractivité de l’exercice libéral, assurer le remplacement générationnel  et maintenir  une offre de soins de qualité et de proximité !
  • Régional  : les unions sont le contact régional avec les ARS, les Conseils Régionaux etc …
    • Autorisation d’activité (cancérologie, imagerie), organisation territoriale, relation ville hôpital, lien avec  l’ Université passent par les unions.
    • Jusqu’ a présent le morcellement des spécialistes dans des syndicats poly catégoriels  n’a pas permis en région une valorisation de la médecine spécialisée libérale, coincée entre une médecine générale plus unie, politiquement mise en avant,  et un hospitalocentrisme public.

Un constat amer

Depuis bientôt 30 ans d’engagement dans les coordinations puis le syndicalisme poly catégoriel  mon constat reste amer :

  • la C a rattrapé la CS qui n’a  été revalorisée depuis 20 ans  que par des majorations  insignifiantes  pour le Secteur  1 et rien pour le Secteur 2
  • Seule organisation « mono catégorielle » du BLOC a pu obtenir un peu de reconnaissance  avec le passage de 10 à 20% du modificateur K.
  • La valorisation des consultations  complexes et très complexes reste trop restrictive,  loin de la réalité  d’une vraie  CCAM clinique  et avec un  soutient timide de nos amis généralistes  dans les syndicats poly catégoriels.
  • Les spécialistes ont être écartés de fait à  l’accès  aux assistants  médicaux  dont le modèle pourtant développé par les ophtalmologues, aurait pu être étendu à toutes les spécialités sans en faire une usine a gaz de contraintes.
  • La valeur des actes  du spécialistes français est en dessous de celles de nos voisins européens …
  • La durée  moyenne de travail dépasse de loin des « 35h » et l’on ne peut plus compenser le gel des honoraires par une augmentation d’activité,
  • Et beaucoup retardent leur départ en retraite  faute de repreneur.

Au Québec un syndicat de spécialistes unifié permet des revalorisations que nous  ne ne pourrons jamais  obtenir avec nos divisions syndicales dont seule profite et entretient l’administration de la santé.

Une seule solution, il faut un syndicat unifié de tous les spécialistes 

C’ est le constat que j’ai fait avec beaucoup d’autres  et  a conduit  la création,  en dehors des centrales syndicales pluricatégorielles, de  l’UNION  syndicale AVENIR SPE – LE BLOC !

Bien sûr ce n’est pas bien vu de tous les autres syndicats qui voient le risque de perdre leur représentativité chez les spécialistes et ne parlent d’union que si c’est sous leur bannière. Ils vont vous dire, avec plus ou moins de promesse de fermeté, voire d’attitude vindicative, que  cette fois se sera mieux avec eux.

Cette méthode et j’y est cru aussi  dans mon engagement  à la FMF, mais  ça fait 30 ans que CA NE MARCHE PAS !

Il  faut savoir  ce qu’on veut !

  • Si oui, vous voulez une  représentativité forte des spécialistes pour sortir de ce marasme,
  • Si oui, vous  voulez des résultats significatifs.

Alors votez utile !

Votez et faites voter pour les listes AVENIR SPE – LE BLOC !

Benoit Feger

Liste  AVENIR SPE – LE BLOC en Nouvelle Aquitaine

RETOUR A LA PAGE D’ACCUEIL