Les mesures barrières contre le
coronavirus Sars-CoV-2 « sont encore imparfaitement appliquées » et l’épidémie « s’aggrave rapidement »

PARIS, 21 mars 2020 (APMnews) – Les mesures barrières contre le
coronavirus Sars-CoV-2 « sont encore imparfaitement appliquées » et
l’épidémie « s’aggrave rapidement » avec 562 décès dénombrés, soit
112 de plus que la veille, a annoncé la direction générale de la santé
(DGS), samedi soir dans un communiqué.

La DGS a fait état de 14.459 cas actuellement con1rmés par test
PCR (soit 1.847 de plus que la veille), de 6.172 hospitalisations dont
1.525 cas graves en réanimation, et de 562 personnes décédées en
France depuis l’apparition du virus. « On observe des formes graves même chez des adultes jeunes: 50% des personnes hospitalisées en réanimation ont moins de 60 ans »,
précise-t-elle.

« Nous évoluons rapidement vers une épidémie généralisée sur le
territoire, mais de nombreuses incertitudes demeurent sur le
comportement du virus mais surtout sur l’impact des mesures
barrières individuelles et collectives (con\nement strict, respect de la distance d’un mètre entre les personnes) », écrit-elle.

Ces mesures barrières « sont encore imparfaitement appliquées, or
nous pouvons tous éviter des cas graves » et « éviter des morts en
étant très respectueux des consignes », insiste-t-elle.  »

Le prolongement du confinement dépendra du respect de l’application du confinement par la population et de l’évolution de la situation épidémique », continue la DGS. La décision de confinement est entrée en vigueur mardi par un décret paru au Journal officiel et s’applique jusqu’au 31 mars (cf dépêche du 17/03/2020 à 13:23).

Par ailleurs, la DGS indique que « le passage en phase épidémique a
entraîné une évolution des conditions de dépistage », afin de
« privilégier la prise en charge des cas les plus graves ». Ainsi, « sont
systématiquement testées les personnes fragiles, à risque, hospitalisées, les résidents d’hébergements collectifs de personnes à risque et les professionnels de santé, les nouveaux foyers ou territoires ».

Cependant, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, a
fait part samedi de son souhait d’aller « vers un dépistage massif » pour stopper la propagation du coronavirus car la moitié des porteurs ne présente pas de symptômes (cf dépêche du 21/03/2020 à 18:50).

La DGS rappelle que « plus de 4.000 tests sont réalisés chaque jour » et
« les capacités ne sont pas saturées », soulignant que « plus de 60.000
tests ont déjà été réalisés ».