Syndicat national des psychiatresSyndicat des psychiatres AFFEP SNPP – Rapport moral 2021

Chers amis,

L’an dernier, j’affirmais que l’AFPEP-SNPP ne renonçait jamais à ses combats sur tous les fronts.

Notre premier combat restait dans l’importance que nous attachions à l’acte de consultation. De nombreux psychiatres du Conseil d’Administration ont consacré beaucoup de temps pour étayer nos revendications. Ils sont les artisans d’une véritable réussite. L’avenant 9 vient de consacrer une augmentation significative de la consultation pour tous les psychiatres avec progression encore plus grande pour la pédopsychiatrie.

Pour la prochaine convention, nous souhaitons le montant de la consultation progresse en insistant sur la reconnaissance de la géronto-psychiatrie. Il faut continuer à valoriser notre activité professionnelle qui est indispensable à notre société.

Après avoir été attaquée, dévalorisée, la psychiatrie doit prendre une place grandissante dans l’avenir.

Pour cette reconnaissance, nous sommes plus que jamais engagés dans la démarche syndicale. La CSMF, comme tous les syndicats historiques (FMF, SML), a comme priorité d’aller vers une médecine selon les vœux des assurances et des mutuelles. Les collègues libéraux et hospitaliers du SPF sont aussi dans une politique de collaboration qui ne défend la psychiatrie ni libérale, ni privée et ni hospitalière. Il n’était pas possible de nous allier avec des syndicats qui s’éloignent des réels besoins de la profession et des patients. Pour nous, l’éthique n’est pas un slogan mais un état d’esprit concret.

Nous avons rejoint Avenir-Spé qui montre clairement sa ligne politique dans la défense des spécialités cliniques.

Nous sommes ainsi le seul syndicat de psychiatres à pouvoir revendiquer cette victoire grâce à Patrick Gasser, le Président d’Avenir Spé qui a su nous comprendre et défendre notre politique. Avec Avenir Spé, nous nous sentons chez nous et solidaires avec les autres spécialistes.

Pour la suite, notre souhait sera de valoriser la diversité des pratiques. La psychiatrie est un vaste continent qui comprend de riches ressources dans les approches diagnostiques et thérapeutiques. Les psychiatres ne doivent pas devenir des machines à scanner grossièrement les pathologies mentales. Le rétrécissement des diagnostics en bipolaires, schizophrènes, autiste et hyperactifs atteint la dignité de nos patients qui se retrouvent affublés d’étiquettes, pratiques certes mais très souvent fausses. Les psychiatres ne sont pas des exécutants, ils sont des médecins aux service des patients.

C’est pour cela que nous sommes engagés dans le refus de voir les CMPP devenir des centres diagnostiques pour des enfants désignés comme porteurs de troubles neuro-développementaux (TND). Les TND sont peu nombreux mais valorisés au détriment de pathologies diverses et fréquentes. Le but profond de cette supercherie étant la réduction économique des soins psychiatriques.

Notre indépendance professionnelle reste indispensable à notre pratique et nous ne devons jamais laisser des médico-administratifs, au service des assurances, peu respectueux des patients, nous dire comment nous devons soigner.

Pour compléter ce panorama, nous sommes ainsi très actifs au sein de la Fédération Française de Psychiatrie (FFP) avec son Président Claude Gernez et du Conseil National Professionnel de Psychiatrie (CNPP) avec Élie Winter qui a été élu Président. Pour ma part, je serai Président élu d’ALFAPSY, Association internationale francophone de psychiatrie, pour 2022-2024 au printemps 2022.

En mars 2022, je laisserai la présidence.

Mon seul regret sera d’avoir connu une présidence perturbée par la crise sanitaire, en étant éloigné physiquement du bureau et du Conseil d’Administration.  Heureusement, nous sommes une équipe de psychiatres solidaires qui sait défendre les valeurs humaines et cliniques dans notre exercice professionnel. Le Bureau et le Conseil d’administration ont fait preuve de solidarité et de dynamisme. Je les remercie pour cet engagement chaleureux dans cette époque glaçante. Je reste très fier de la confiance qui m’a été accordé. Le bureau qui se mettra en place au printemps montre que notre association qui ne manque pas de psychiatres de valeur, intègres et authentiquement soucieux de notre profession et de la qualité des soins.

Après des Journées de Printemps et Nationales reportées en 2020 et 2021, nous pouvons enfin nous retrouver, avec un grand plaisir, lors de cet Assemblée Générale lors des Journées d’Arles et pour fêter le 50eme anniversaire de l’AFPEP.

Aujourd’hui, les psychiatres français sont toujours plus nombreux à venir nous rejoindre. Ils sont un soutien précieux dans nos combats pour la défense authentique de notre profession.

Merci à vous tous.

Docteur Michel Jurus

Président AFPEP-SNPP